Association Calédonienne pour l’Animation et la Formation

+687 28.15.05

acaf@acaf.nc

11, rue des frères Vautrin

Noumea

Lundi au vendredi

08:00 - 17:00

Présentation de l’ACAF

Les 45 ans de l’ACAF !

Les centres de loisirs ont célébré cet anniversaire le vendredi 25 janvier 2019.

Près de 650 enfants se sont réunis à Dumbéa pour l’événement : grande parade, chants, danses, grand jeu…

Charte de l'ACAF

L’ACAF constitue depuis sa création, un mouvement d’éducation dont la volonté est de rassembler sur le territoire, toutes les  personnes de bonne volonté qui veulent contribuer à l’éducation des  enfants et des jeunes.

L’ACAF : une histoire de 46 années

En 1972, à l’issue du boom du Nickel, sont nées les Cités populaires : Tindu, Pierre Lenquette et Magenta…

Pendant les vacances scolaires, à cette époque, il y a beaucoup d’enfants dans les rues, l’Assemblée Territoriale décide de créer l’opération « Plage 1000 ».

Elle consiste à accueillir chaque été, mille enfants sur le site de Tina, aujourd’hui c’est le site du Centre Culturel Tjibaou et du golf.

Pour mener l’opération, l’Assemblée Territoriale se tourne vers le Comité territorial de la Jeunesse qui confie l’opération à la Fédération des Œuvres Laïques. Rapidement, apparaît le besoin de former des animateurs et des responsables pour cette opération.

Le 2 mai 1974, naît l’Association Calédonienne pour l’Animation et la Formation, A C A F

Elle se charge d’abord, avec le C.E.M.E.A (Centre d’Entraînement aux Méthodes d’Education Actives), puis très vite avec les FRANCAS, de former les animateurs et les directeurs des centres de vacances et de loisirs et ce, progressivement pour l’ensemble de la Nouvelle-Calédonie en lien avec la Fédération nationale des Francas disposant de l’habilitation pour ces formations.

En 1978, l’A.C.A.F signe une convention de partenariat avec le mouvement des FRANCAS, fédération nationale de France et d’outre mer afin de renforcer ses actions d’animation et de formation.

Depuis sa naissance, l’A.C.A.F a su réunir des hommes et des femmes autour de ses objectifs et de ses actions, sa première richesse.

Le 1er janvier 1988, l’A.C.A.F, rejetée par la Fédération des Œuvres Laïques, confirme son engagement pour l’éducation à la citoyenneté et devient alors une fédération d’associations organisatrices de centres de vacances et de loisirs.

Dès 1989, elle s’engage avec le Territoire dans la formation professionnelle des travailleurs sociaux de l’animation qui aujourd’hui agissent au sein de nombreuses collectivités publiques.

En 1993, faisant suite à la provincialisation, lors de son Assemblée Générale, l’ACAF publie sa charte : « Ciment philosophique du mouvement ».

En 1996, elle donne naissance à l’A.C.A.F Nord, afin de mieux répondre aux spécificités locales des publics. L’A.C.A.F sud  et  l’ACAF  îles restant en gestation dans un contexte défavorable à cette réorganisation.

A ce jour, elle a formé près de 200 animateurs professionnels de niveau V, IV et III. Elle a également contribué à la formation de plus de 14 000 stagiaires animateurs et directeurs de centres de vacances et de loisirs.

Avec environ 50 500 journées enfants réalisées chaque année, l’A.C.A.F est aussi la plus importante organisatrice de centres de vacances et de loisirs en Nouvelle-Calédonie.

Favorisant la rencontre des cultures, l’A.C.A.F réunit en son sein des militants associatifs de toutes origines et de tous les milieux socio-économiques, elle agit en tous lieux de la Nouvelle-Calédonie. Elle a su, au cours de ces 46 années de militantisme associatif, privilégier la formation des hommes et des femmes, favoriser le respect de la différence en recherchant ce qui rassemble, veiller au sens à son action.

Le 15 octobre 2012, notre Président Jo STREETER est subitement décédé, après une année de deuil, Sylviane Swertvaegher a été nommée présidente lors de l’assemblée générale.

Charte de l’ACAF

L’ACAF constitue depuis sa création, un mouvement d’éducation dont la volonté est de rassembler sur le territoire, toutes les  personnes de bonne volonté qui veulent contribuer à l’éducation des  enfants et des jeunes.

C’est un Mouvement qui s’inscrit volontairement dans le courant d’éducation populaire, pour lutter contre la passivité, l’individualisme et promouvoir toutes les formes de solidarité.

C’est un mouvement laïque qui respecte la personne sans distinction d’age, de sexe, d’appartenance ethnique, de condition sociale, de conviction philosophique, religieuse ou politique.  Il s’engage quotidiennement, pour la diffusion et le partage de la connaissance et contre les exclusions.

Soucieuse de respecter les différences, l’ACAF a en même temps la volonté de chercher ce qui rassemble.

En termes d’action, l’ACAF affirme, en fonction  des besoins, sa volonté :

– de susciter la création de structures et d’activités adaptées aux conditions d’existence

– de former des cadres compétents, bénévoles ou professionnels, mais dans les deux cas militants de l’enfance.

Mouvement d’éducation périscolaire l’ACAF défend une pédagogie active favorisant la participation des enfants et des jeunes, au choix de leurs activités et de leurs relations pour leur permettre de devenir des citoyens libres et responsables.

L’ACAF considère que l’éducation des enfants et des jeunes est l’affaire de tous : la famille,  l’école, les institutions, les organisations agissant dans le temps libre, les enfants eux mêmes.

Mouvement social, l’ACAF affirme que la qualité du temps libre des enfants et des jeunes : conditionne autant une insertion sociale et professionnelle réussie que la cohésion sociale ou le développement économique. En conséquence, elle s’inscrit volontairement dans la prise en compte des enjeux actuels du développement social et humain du pays.

Mouvement d’éducateurs l’ACAF recherche la collaboration de tous les partenaires (personnes  morales ou physiques) qui défendent les mêmes valeurs.

Responsable devant ses adhérents, l’ACAF est indépendante des partis, syndicats, institutions religieuses ou philosophiques. Elle s’engage à promouvoir les Droits de l’enfant qui permettent à celui ci, dans des conditions d’égalité de chances, de développer ses facultés, son jugement personnel, son sens des responsabilités morales et sociales, et de devenir un membre actif de la société.

Mouvement démocratique, l’ACAF recherche la participation  du plus grand nombre aux responsabilités. On ne vient pas à l’ACAF en consommateur mais  en acteur de l’action sociale et éducative.

Mouvement fédérateur, les unités provinciales constituent la base de l’ACAF, à raison d’une par Province. Elles se regroupent au sein de l’Union Territoriale pour unir leurs compétences, et construire un projet commun.

Cette charte constitue la référence unitaire du Mouvement. Nul ne peut se prévaloir du titre de l’ACAF sans l’accord des trois unités provinciales regroupées au sein de l’Union Territoriale des ACAF.

 

adoptée à l’A.G  du 20/11/93