L'ACAF : une histoire de 40 années

 

En 1972, à l’issue du boom du Nickel, sont nées les Cités populaires : Tindu, Pierre Lenquette et Magenta…

 

Pendant les vacances scolaires, il y a beaucoup d’enfants dans les rues, l’Assemblée Territoriale décide de créer l’opération « Plage 1000 ».

Elle consiste à accueillir chaque été, mille enfants sur le site de Tina, aujourd’hui, le Centre Culturel Tjibaou.

 

Pour mener l’opération, l’Assemblée Territoriale se tourne vers le Comité territorial de la Jeunesse qui confie l’opération à la Fédération des Œuvres Laïques. Rapidement, apparaît le besoin de former des animateurs et des responsables pour cette opération.

 

     Le 2 mai 1974, naît l’Association Calédonienne pour l’Animation et la Formation, A.C.A.F.

 

Elle se charge d’abord, avec le C.E.M.E.A (Centre d’Entraînement aux Méthodes d’Education Actives), puis très vite avec les FRANCAS, de former les animateurs et les directeurs des centres de vacances et de loisirs et ce, progressivement pour l’ensemble de la Nouvelle-Calédonie en Lien avec la Fédération nationale des Francas disposant de l’habilitation pour ces formations.

 

En 1978, l’A.C.A.F signe une convention de partenariat avec le mouvement FRANCAS, fédération nationale de France et d’outre mer afin de renforcer ses actions d’animation et de formation.

 

Depuis sa naissance, l’A.C.A.F a su réunir des hommes et des femmes autour de ses objectifs et de ses actions, sa première richesse.

 

     Le 1er janvier 1988, l’A.C.A.F, rejetée par la Fédération des Œuvres Laïques, confirme son engagement pour l’éducation des citoyens de demain et devient alors une fédération d’associations organisatrices de centres de vacances et de loisirs.

 

     Dès 1989, elle s’engage avec le Territoire dans la formation professionnelle des travailleurs sociaux de l’animation, qui, aujourd’hui, agissent au sein de nombreuses collectivités publiques.

 

     En 1993, faisant suite à la provincialisation, lors de son Assemblée Générale, l’A.C.A.F publie sa charte : « Ciment philosophique du mouvement ».

 

     En 1996, elle donne naissance à l’A.C.A.F Nord, afin de mieux répondre aux spécificités locales des publics. L’A.C.A.F sud  et  l’ACAF  îles restant en gestation dans un contexte défavorable à cette réorganisation.

 

      A ce jour, elle a formé près de 200 animateurs professionnels de niveau V, IV et III. Elle a également contribué à la formation de plus de 12 500 stagiaires animateurs et directeurs de centres de vacances et de loisirs.

 

     Avec plus de 50 500 journées enfants réalisées en 2012, l’A.C.A.F est aussi la plus importante organisatrice de centres de vacances et de loisirs en Nouvelle-Calédonie.

 

         Favorisant la rencontre des cultures, l’A.C.A.F réunit en son sein des militants associatifs de toutes origines et de tous les milieux socio-économiques, elle agit en tous lieux de la Nouvelle-Calédonie. Elle a su, au cours de ces 40  années de militantisme associatif, privilégier la formation des hommes et des femmes, favoriser le respect de la différence en recherchant ce qui rassemble, donner du sens à son action.

    Le 15 octobre 2012, notre Président Jo STREETER est subitement décédé , une année de deuil a été décrétée et Sylviane Swertvaegher nommée présidente par intérim lors de l’assemblée générale.

 

ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF

ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF

ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF

ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF

ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF

ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF

ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF ACAF